Jacques Descorde

Jacques descorde Photo Cécile Dureux

Photo Cécile Dureux

Auteur, metteur en scène, comédien et directeur de la compagnie des Docks, Jacques Descorde crée ces dernières années, à l’Hippodrome-scène Nationale de Douai, La terre, leur demeure (2003), Le veilleur de nuit de Daniel Keene (2005), Quand les paysages de Cartier Bresson de Josep P. Peyro (2005) puis Hiver (2007) de Jon Fosse à la Condition Publique à Roubaix, Cut d’Emmanuelle Marie (2009) au Théâtre du Rond Point à Paris, Combat (2011) de Gilles Granouillet au théâtre Les Pipots à Boulogne sur mer. Ensuite, la même année, il écrit un livret d’opéra Et nous le monde (Ed. Billaudot) avec une classe de première BAC pro au lycée Bartholdi de Saint Denis. Une œuvre, qu’il met en espace, composée par Graciane Finzi et chantée par les Chœurs de Radio France au festival de Saint Denis.

Maman

Photo Pierre Sutrin

 

 

 

En 2012/13, il crée sa pièce Maman dans le vent à Boulogne sur mer et la présente au Festival Off d’Avignon (texte publié aux Editions l’Ecole des Loisirs et retenu par le Bureau des Lecteurs de la Comédie Française, pour le Prix Collidram et le LABO007-Entractes-SACD). Il monte avec Carole Thibaut Occident de Remi de Vos à Confluences à Paris. En 2014, il présente le spectacle Maman dans le vent et récrée Combat de Gilles Granouillet au théâtre le Lucernaire à Paris. En 2015, il écrit et met en scène un texte Johan ne veut rien avec des comédiens de la compagnie de  l’Oiseau Mouche à Roubaix. Il joue dans Occident dans le cadre des belles sorties avec le Théâtre du Nord à Lille, à la Maison des Métallos, à la Ferme du Buisson. Fin 2016, il termine deux textes : Ce que nous désirons est sans fin (Aux Editions L’Oeil du Souffleur) et Le mouchoir (à L’Ecole des Loisirs). En 2017, Il crée sa pièce J’ai 17 pour toujours en coproduction avec les Centres dramatiques nationaux : le Théâtre du Nord à Lille et le théâtre des Ilets à Montluçon.

 

 

 

 

Quelques pistes pour la résidence mission :

– A partir de jeux d’écriture ludiques, explorer différentes thématiques :

Ma ville – Ma chambre – Mon bout du monde

Comment je décris ma ville ? Mon territoire ? Qu’est ce que je vois de la fenêtre de ma chambre ? Comment je décris ma chambre ? Comment je raconte à partir d’objets, photos, posters, mobiliers …un fragment de l’intime ? Comment je pense, je rêve, l’autre bout du monde, celui à l’autre bout de la terre ? Au fin fond de l’univers ? Ou celui juste derrière ma porte ?

 Les fenêtres

Qu’est ce que tu vois de ta fenêtre la plus intime ou secrète, celle où tu rêves, où tu retrouves la sécurité : chez toi ? Tu vois quoi, dehors ?

Qu’est ce que tu vois ici tout de suite de ton environnement de travail, la salle de classe, la cafétéria du midi, la bibliothèque ? Qu’est ce que tu vois de la vitre du train, celle de l’autobus dans le trajet du matin, la visière du casque de scooter, le pare-brise de la voiture ?

Qu’est ce que tu vois de la fenêtre de ta fenêtre du téléphone portable, de celle de l’écran d’ordinateur ? De ta « fenêtre sur le monde » ?

 – Ton regard et ta parole

Permettre à un groupe de jeunes gens de suivre le temps fort d’une activité culturelle avec reportages, interviews, écrire articles, critiques et impressions…diffusées sur la radio locale, web radio, Facebook…

 -Tes mots en onde

A partir d’un texte commun écrit ou d’un montage de textes existants, permettre à un groupe de collégiens ou lycéens ou étudiants de lire les textes au micro d’une radio locale ou web radio, Facebook…

-Tes répliques

Nous pourrions faire des réponses en écriture, en voix, en gestes aux propositions des autres artistes, à des œuvres exposées dans les musées du territoire, mettre en voix et musique des textes existants ou écrits en collaboration avec les écoles de musique…

Contact : dj.cleadumontreuillois@gmail.com

Publicités